<body><script> dataLayer = [{ 'Zone':'BLOG', 'CategoryId':'20', 'pageSafe':'0', 'blogLastUpdate':'9999' }]; </script> <!-- Google Tag Manager --> <noscript><iframe src="//www.googletagmanager.com/ns.html?id=GTM-PXZQ89" height="0" width="0" style="display:none;visibility:hidden"></iframe></noscript> <script>(function(w,d,s,l,i){w[l]=w[l]||[];w[l].push( {'gtm.start': new Date().getTime(),event:'gtm.js'} );var f=d.getElementsByTagName(s)[0], j=d.createElement(s),dl=l!='dataLayer'?'&l='+l:'';j.async=true;j.src= '//www.googletagmanager.com/gtm'+'.js?id='+i+dl;f.parentNode.insertBefore(j,f); })(window,document,'script','dataLayer','GTM-PXZQ89'); </script> <!-- End Google Tag Manager --> <div id="fb-root"></div> <script type="text/javascript"> window.fbAsyncInit = function() { FB.init({appId: '116867175007475', status: true, cookie: true, xfbml: true, oauth : true, version : 'v2.7'}); FB.Event.subscribe('edge.create', function(targetUrl) {console.log(targetUrl.toLowerCase().indexOf("https://facebook.com")); _gaq.push(['_trackSocial', 'facebook', 'like', targetUrl]); if (targetUrl.toLowerCase().indexOf("https://facebook.com") == -1)$.get(CBVARS.URLROOT+'/cf/fe/remote/updatesharequeue.cfm?t=facebook&bid='+CBVARS.blog_id+'&u='+encodeURIComponent(targetUrl)); }); FB.Event.subscribe('edge.remove', function(targetUrl) {console.log(targetUrl.toLowerCase().indexOf("https://facebook.com")); _gaq.push(['_trackSocial', 'facebook', 'unlike', targetUrl]); if (targetUrl.toLowerCase().indexOf("https://facebook.com") == -1)$.get(CBVARS.URLROOT+'/cf/fe/remote/updatesharequeue.cfm?t=facebookunlike&bid='+CBVARS.blog_id+'&u='+encodeURIComponent(targetUrl)); }); }; (function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = "//connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, 'script', 'facebook-jssdk')); </script> <div id="branding_bar" style="display:block;"><ul id="topnav"><li id="item_logo"><a href="http://www.canalblog.com" onClick="javascript:window.open(this.href);return false;"><img src="http://static.canalblog.com/sharedDocs/images/bb-canalblog2.png" style="width:84px; margin:5px 0 0 0;" /></a></li><li id="item_form"> <form action="http://www.canalblog.com/cf/search.cfm" method="get" target="_blank"> <input type="text" id="q" name="q" class="text" value="" style="float:left;" /> <input type="hidden" value="87656" name="bid" /> <input type="hidden" value="Rechercher" name="searchBtn" /> <input type="image" style="height:19px; margin:1px 0 0 0;" src="http://static.canalblog.com/sharedDocs/images/btn-submit3.gif" /> </form> </li><li class="item_left"><span><a href="http://www.canalblog.com/cf/contactAuthor.cfm?mid=73800&bid=87656" onClick="javascript:window.open(this.href);return false;" rel="nofollow">Contacter l'auteur</a></span></li><li id="blogsugitem" class="item_left"><a href="http://www.canalblog.com/cf/blogsuggest.cfm?bid=87656" class="cboxpopup" rel="nofollow">Envoyer à un ami</a></li><li id="sabitem" style="display:none;" class="item_left"><img src="http://www.canalblog.com/sharedDocs/images/sab.png" /></li><li id="item_share"></li><li id="item_close" ><img src="http://static.canalblog.com/sharedDocs/images/frontend/fleche-haut.gif" /></li><li id="item_menu" style="display:none;"></li><li id="item_menu_2" class="item_right" style="display:none;"></li><li id="item_menu_3" class="item_right" style="display:none;"></li></ul></div><div id="branding_bar_closed" style="display:none;"><ul id="topnav_closed"><li id="item_open" ><img src="http://static.canalblog.com/sharedDocs/images/frontend/fleche-bas.gif" /></li></ul></div>

Un Blogue CathoGay

être homosexuel et catholique, sereinement

mardi 9 octobre 2007

470. plus question de s'ti d'fif

J'ai tout de suite été attiré par l'article d'un site québécois écrivant ceci: Le Groupe de recherche et d’intervention sociale gaies et lesbiennes (Gris-Montréal) a remis un chèque de 500$ à des élèves du Collège Durocher de Saint-Lambert, qui ont mis en place une pétition géante intitulée «Je m’engage à cesser d’utiliser des expressions homophobes». La suite de l'article ici.

Quand on sait à quel point le parler québécois est fleuri quand il s'agit de termes sur les homo... Tout ceux qui, en Europe, ont vu le film C.R.A.Z.Y. voient bien de quoi je parle.

Bien sûr, l'intérêt de l'article tient aussi pour moi dans la découverte de ce qu'est ce fameux "GRIS" et la façon dont il fonctionne.

Posté par cathogay à 15:12 - Commentaires [85] - Permalien [#]

469. tolérance zéro pour l'intolérance

Le débat est ancien, inépuisable et je ne vais faire que jeter de l'huile sur le feu, je sais tout ça. Mais je viens de lire un article du (souvent) conservateur mais (le plus souvent) intelligent Times de Londres. Un article qui explique qu'en Grande Bretagne, on est tout prêt de voter la future loi sur l'interdiction de tout propos haineux contre différentes formes de genre ou d'orientation sexuelle. Le contrevenant sera passible d'amendes et de prison (avec un maximum de 7 ans). Sont concernés, pour ce qui est du genre, de la haine contre les transgenres (et les transexuels), et pour ce qui est de l'orientation, de la haine contre les homo et les bisexuels, mais aussi les hétéro.

J'insiste sur les termes "genre" et "orientation", puisque l'avis actuel des experts consiste à dire qu'il s'agit de deux éléments de la sexualité qui sont "reçus" et non réformables (avec une nuance pour les transgenres). À la différence des préférences et de l'identité sexuelles qui proviennent, elles, de l'histoire, du vécu, de la culture, des choix, etc. et qui pourraient évoluer avec le temps. Dès lors, comme pour le racisme ou le sexisme, la loi va déclarer qu'il est inacceptable, dans une société démocratique, de s'en prendre (verbalement ou physiquement) à des personnes à cause de ce qu'elles sont. Comme disait le ministre britannique de l'intérieur, "quel chemin parcouru en dix ans, mais il est temps d'affirmer qu'une démocratie ne peut tolérer de propos haineux basés sur la sexualité de quelqu'un".

Jusque là, tout va bien.

Le hic vient de plusieurs mouvements religieux, et en partie de la Hiérarchie Catholique (bien que les plus bruyants sur cette question soient les Chrétiens Évangéliques). L'argument est tout simple: "nous contestons que l'orientation sexuelle existe et nous affirmons qu'il ne s'agit que d'une tentation ou d'un choix humain". Un choix plus ou moins grand, mais un choix tout de même. L'homosexualité, c'est comme la kleptomanie (pour reprendre l'avis du Patriarche de Moscou) ou comme l'adultère, le viol ou la masturbation (comme dit le catéchisme catholique). C'est mauvais, ce sera toujours mauvais, et ceux qui le font doivent être avertis haut et fort que c'est mauvais. S'ils sont croyants, il faut donc en outre leur rappeler que c'est un péché, en l'occurence du genre "très grave".

Ce qui étonne, c'est que cette ignorance des religieux pour les découvertes de la psychiatrie, de la psychologie et de la biologie devraient, selon leur dire, être protégée par la loi. Ils récusent cette loi contre les propos haineux au nom de la liberté de l'expression religieuse. Pour prendre un comparaison, les croyants devraient-ils avoir le droit de dire que les femmes sont inférieures aux hommes et que celles qui le refusent sont des "mauvaises" et des "pécheresses"? Autre exemple, les autorités religieuses devraient-elles avoir le droit de dire que les gauchers sont "maudits par Dieu" et qu'ils doivent se réformer pour redevenir droitiers comme c'est prévu depuis la Création?

Et là, comme pour me couper l'herbe sous le pied, le Times ajoute un autre article à celui que je vous cite: Zero Tolerance for Religious Intolerance. En d'autres termes, les religions se sont trompées sur un tas de sujet dans le passé. Elles le feront encore, y compris la religion chrétienne et (n'en déplaise à qui vous savez) le Catholicisme. Il est arrivé, il arrive et il arrivera que les religions fassent du tort et fassent mal, même en ayant le désir de suivre leurs sublimes principes. Je pense que ce n'est pas anti-religieux et en particulier anti-catholique de le dire. Même Jean-Paul II, en demandant pardon pour les fautes commises au nom de l'Église, n'a pas exclu qu'il y en aurait d'autres dans l'avenir ou bien qu'on en découvrirait d'autres dans le passé. Mais c'est sans doute un héritage du précédent pape que l'on tente actuellement d'occulter. Pour ma part, j'ai confiance que cette "reprise en main" n'est en fait qu'un "dernier sursaut de mourant" et que l'homophobie officielle de l'Église ne fasse l'objet d'une demande de pardon d'un prochain pontife.

Dès lors, je crois que les hiérarques et les autorités de toutes les confessions présentes dans nos démocraties doivent s'attendre à êtres mis en question et en procès pour leurs propos haineux, y compris contre les minorités sexuelles. Mais il y a des procès qu'elles gagneront, et d'autres qu'elles perdront. Et si quelqu'un les accuse d'homophobie mais qu'un tribunal leur donne droit, où est le mal? Après tout, gagner un procès est meilleur que d'être exempt de poursuites. Pour donner un exemple, je suis curieux de voir ce que va donner en Belgique le prochain procès contre la Scientologie.

Pour les mêmes raisons, les religieux se donnent aujourd'hui le droit d'aller en justice quand leurs convictions sont calomniées ou ridiculisées. Qu'ils acceptent la contrepartie: la possibilité d'être mis en cause dans le tort qu'ils font aux autres. Et si leur religion fait du mal aux gens, en particulier aux minorités sexuelles, il faut que cela cesse. Qu'il s'agisse d'une petite secte ou d'une grande "foi" présente à l'échelle mondiale n'y change rien.

Posté par cathogay à 13:55 - Commentaires [50] - Permalien [#]

468. tout un mois pour se souvenir

Vous saviez que le mois d'octobre était le Mois de l'Histoire Homo (Queer History Month) pour les minorités sexuelles et que le 11 octobre était le Jour du la Sortie du Placard (Coming-Out Day)? Pour ma part, je m'en souvenais vaguement mais je l'ai découvert en lisant l'article publié par ce jeune élève de 13-14 ans dans son journal local. J'avoue qu'un garçon qui écrit "j'avais 12 ans quand j'ai dit à mes parents et à toute mon école que j'étais homo" a de quoi m'intriguer fortement: sommes-nous à l'aube d'une génération de jeunes homo qui vont affirmer leur sexualité à l'âge de l'école primaire?

Il y a aussi quelque chose de touchant à lire un enfant parler de ce Queer History Month comme si c'était une vieille institution, aussi ancienne que Thanksgiving...

Je ne sais pas s'il y a parmi vous des instituteurs. Mais je leur souhaite bon courage s'ils doivent trouver les moyens de réagir devant de jeunes écoliers qui disent tout haut qu'ils sont homo ou bi ou transgenre... Je me souviens du film "La Vie En Rose" et je trouvais que c'était une "gentille parabole". Mais si ça devient une histoire relativement courante, je trouve qu'on vit une époque vraiment pleine de surprises. Rien que l'idée qu'il existe aux États-Unis plusieurs associations "nationales" de lycéens homo me fait croire en un futur plus radieux.

Voici une (humble) traduction de cet article sur le Queer History Month. Et si quelqu'un pouvait m'aider à traduire Queer convenablement, merci d'avance, parce que le très Québécois allosexuel ne semble pas vraiment "prendre" et que le GLBTIQ utilise dans l'article me semble barbare à souhait.

Tout un mois pour mettre fin à l'homophobie

Vers 12-13 ans, j'ai fait ma sortie du placard pour toute l'école. Il m'a fallu deux mois de plus pour que je le dise à ma famille. Certains pensaient que je ne le faisais que pour attirer l'attention. D'autres trouvaient que j'étais dingue ou trop jeune pour prendre une telle décision. Néanmoins, le fait est que je suis gay. J'ai maintenant 14 ans et je suis un lycéen à Aptos High.

Aujourd'hui, être "gay" ne devrait même pas être un sujet de discussion. Mais parce que beaucoup de gens et de politiciens en font un sujet de discussion, il est clair que nous devons nous lever pour défendre nos droits. Et une bonne manière de nous souvenir et de défendre nos droits civiques nous est maintenant offerte: le Queer History Month, qui est célébré chaque mois d'octobre.

Durant ce mois, on se souvient de tous ceux qui, dans l'Histoire, se dont déclarés gay, lesbiennes, bisexuels, transgenres, intersexuels et "en question" [GLBTIQ]. Une date importante est le 11 octobre, le National Coming Out Day, qui permet de se rendre compte du très grand nombre de GLBTIQ dans notre monde. Essentiellement, ce National Coming Out Day montre au monde que les "gays" sont vraiment partout et qu'ils sont des membres actifs de la société.

Il est important d'attirer l'attention sur les raisons qui font que beaucoup de gens craignent d'être ouvertement gay. Il est clair pour moi que c'est à cause du niveau massif d'homophobie dans notre société. À cause de cette homophobie, nous voyons beaucoup d'exemples de gens "dans le placard" qui n'arrivent pas à être honnêtes avec eux mêmes et qui sont forcés à se construire des histoires humiliantes. C'est parce que nous sommes différents de la majorité que nous sommes considérés comme des monstres et que nous forcés de vivre dans des recoins sans être vraiment nous-mêmes. Des choses innomables sont arrivées, arrivent et vont encore arriver aux jeunes GLBTIQ et aux adultes si rien ne change. Ces actions ne peuvent pas continuer à être tolérées par l'opinion publique.

J'admets que la société a pris des mesures dans le passé contre les discriminations, mais je vois encore bien des éléments à améliorer. Ainsi, en ce moment, nous nous réjouissons d'une loi passée en 2000 dans l'état de Californie, la loi AB537, ou California Student Safety and Violence Prevention Act (une loi qui vise à empêcher toute violence contre les étudiants californiens). AB537 constitue une étape majeure dans la protection de tous les étudiants GLBTIQ au sein des écoles publiques puisque la loi a spécifiquement été créé pour nous protéger de toute forme de discrimination.

Heureusement, il y a des associations, en plus des dispositions légales, qui aident à faire avancer ces dispositions sans notre société. Une de ces associations, présente dans notre école est la GSA, ou Gay-Straight Alliance. Une GSA est une association d'élèves composée de tous ceux qui, hétéro ou autre, qui veulent faire de notre campus un lieu où l'atmosphère est meilleure pour toutes les personnes GLBTIQ.

Je suis membre et co-president du GSA du lycée Aptos High. Notre GSA se concentre surtout sur l'amélioration de l'atmosphère à l'école, même si certains d'entre nous voudraient aussi améliorer celle de la ville et du monde en général. Nous aimons aussi garder le style de notre GSA "fun and chic" (sic), pour attirer le plus possible de monde sur le campus.

Tous ceux qui sont ouvertement gay, ou "emplacardés" ou bisexuels, transgenres, "en question" ou hétéro peuvent aider de bien des manières à mettre un terme à l'homophobie. Si vous êtes un lycéen, le plus facile et le plus visible, c'est de commencer une GSA dans votre école. Car la GSA est un endroit sûr pour partager ce que vous ressentez avec d'autres étudiants à l'esprit ouvert et qui travaillent ensemble contre l'homophobie. Rien que le fait de savoir qu'il y a une GSA sur le campus peut aider les étudiants, même s'ils ne veulent pas que leur sexualité ou leur genre soient connus.

Le Queer History Month est donc une chance pour que tous se rendent compte de l'homophobie, y réfléchissent et travaillent en toute conscience pour qu'elle cesse. Mon voeu, c'est que les lecteurs réalisent que les gens sont différents, que l'homophobie est une chose qui peut être changée et qu'il y a dans notre communauté des associations qui veulent mettre en lumière cette situation. Si vous n'êtes pas de Aptos High mais que vous voulez aider, n'hésitez pas à contacter le Safe Schools Project du compté de Santa Cruz County et leur demander comment aider les GSA.

Dieter Schmidtmeier is un lycéen de 14 ans au Aptos High School et le co-president de la Aptos High School Gay-Straight Alliance. Plus d'information sur le Safe Schools Project mis en place par le Queer Youth Task Force, une branche du Diversity Center .

Posté par cathogay à 13:49 - Commentaires [58] - Permalien [#]

lundi 8 octobre 2007

467. en deux phases

Il y a des nouvelles qui donnent froid dans le dos, au sens littéral du terme: deux jeunes Saoudiens ont été condamnés à 7.000 coups de fouets (vous lisez bien, ce n'est pas une faute de frappe) pour avoir commis des "actes homosexuels", contraires aux lois religieuses et civiles. Le tribunal a décidé, dans sa grande clémence, que la sentence serait appliquée en deux phases.

Pratiquement le même jour, un autre s'est fait condamner à 350 coups de fouets, pour usage de drogue et violence contre les policiers lors de son arrestation.

Mais là, je suppose qu'il n'y a rien dans la religion contre le fait de cogner un policier...

Posté par cathogay à 13:31 - Commentaires [26] - Permalien [#]

dimanche 7 octobre 2007

466. intrigues et roman

"Écrivez sur ce que vous connaissez le mieux!" Il paraît que c'est l'un des principaux conseils que les éditeurs donnent aux aspirants écrivains. Et je n'ai pas de peine à imaginer le bien fondé de ce conseil: rien de pire, pour un lecteur, que de se rendre compte que l'auteur ne sait rien du sujet sur lequel il a basé son roman.

Ce n'est pas du tout le cas de Michael Schiefelbein, dont le tout nouveau roman "Body And Blood" (Corps et Sang, disponible sur Amazon.fr) met en scène deux co-séminaristes qui étaient amoureux l'un de l'autre au séminaire et qui se retrouvent par hasard dans le même diocèse après des années de ministère.

465

Il se fait qu'un prêtre de leurs amis vient de se suicider, ce qui leur donne l'occasion de se rencontrer de nouveau et la question de leur idylle passée de se reposer. Vont-ils rallumer la flamme? Doivent-ils au contraire s'éloigner pour éviter la tentation?

Et puis, il y a bien sûr l'enquête sur les raisons du suicide de leur ami commun.

Il paraît que c'est bien écrit, Michael Schiefelbein étant tout de même un docteur en littérature. Et comme il est lui-même un ancien séminariste, son observation du monde catholique est, dit-on, tout à fait précise (sans être racoleuse ou vulgaire). Certains se demandent même s'il n'y a pas un fond autobiographique à l'histoire. Mais tous les romanciers disent qu'il y a toujours une part d'eux-mêmes dans chacune de leurs oeuvres.

J'espère que, le succès aidant, Michael Schiefelbein se lance dans une "série" à la fois policière, catholique et homo. Une sorte de "Sherlock Holmes et le Docteur Watson" cathogay. Après sa série très "vampire homo super sexy", je trouve qu'une série "prêtres homo détectives super sexy" ne serait pas mal non plus.

Et si ça donne des idées à certains d'entre vous, francophones, c'est encore mieux.

Posté par cathogay à 12:58 - Commentaires [53] - Permalien [#]

samedi 6 octobre 2007

465. évolution du machisme

Il y a de quoi être étonné qu'en deux ou trois ans, une dizaine de pays d'Amérique Latine aient octroyé des droits aux homosexuels et même parfois aux couples homosexuels. Quand on sait qu'ils sont souvent des paradis pour machistes homophobes... Sans parler de ces "milices" para-militaires qui font du "nettoyage" leur spécialité, à commencer par la "pourriture homo"...

Dernier pays en date, la Colombie dont la plus haute autorité judiciaire, la Cour Suprême, vient de décider qu'il n'y a pas de fondement légal à ne pas donner aux couples homo les même droits que les couples hétéro.

Ce pays de 45 millions d'habitants, aussi Catholique qu'on peut l'être, avait déjà décriminalisé les relations homosexuelles en 1980. Mais, aujourd'hui encore, certains groupuscules armés font de la liquidation des militants homo une tâche quasi quotidienne. Même la police locale a été accusée de traitement inhumains contre des homo.

C'est bien simple, dès qu'une rumeur court sur le fait qu'un enfant ou un adolescent a été brutalisé ou tué, il n'est pas rare que des lynchages d'homo (ou supposés homo) se déroulent. Sans que les autorités policières n'interviennent aucunement.

Il semble que ces bonnes dispositions de la Cour Suprême de Colombie doivent beaucoup à l'élection du président Álvaro Uribe Vélez en 2002. Que lui et les homophiles colombiens en soient remerciés et que Dieu les bénisse.

Posté par cathogay à 12:22 - Commentaires [23] - Permalien [#]

vendredi 5 octobre 2007

464. la peur des frères gris

Il semble que l'une des craintes majeures des séniors gay , c'est de se retrouver dans une maison de repos avec uniquement des hétéro. Pour beaucoup, ce serait une régression par rapport à leur style de vie et surtout par rapport à la liberté dont ils jouissaient dans la vie "normale". Ils craignent l'ennui, à tout le moins.

Il est probable, en effet, que les séniors hétéro soient plus homophobes que les générations plus jeunes. Certains pensent d'ailleurs que c'est la raison pour laquelle l'Église Catholique Romaine est tellement homophobe: parce qu'elle est largement gouvernée par des séniors.

Aux États-Unis, des "communautés" ou des "habitats groupés" de séniors ont été créés en de nombreux endroits ces 20 dernières années, notamment dans les états ensoleillés comme la Californie ou la Floride. On peut y être ouvertement homo. On se retrouve même entre amis et, comble de l'ironie, il arrive même que ce soit le premier endroit où certains osent s'affirmer ouvertement gay.

Mais il semble que la crainte s'installe petit à petit que ces lieux ne puissent survivre, notamment pour des raisons financières.

J'ai été assez ému de lire, dans l'article que je viens de terminer, les épreuves de certains homo qui se retrouvent dans des "homes" où ils doivent "retourner dans le placard" et cacher qu'ils sont gay parce que la plupart des résidents sont homophobes. J'imagine aussi la difficulté, pour un couple âgé, de trouver un endroit où il sera accepté en tant que couple.

464

Le monde homo européen est encore largement perçu comme un monde "jeune", tout entier à la fête et même à une forme de désinvolture. Il est probable que, dans quelques années, la génération des fêtards et des clubbards des années 80 va commencer à se poser des questions sur sa retraite. Pas tellement en termes financiers, mais surtout en termes de vie sociale.

Faut-il créer des résidences du troisième âge "réservées" aux homo? Mais n'est-ce pas de la discrimination anti-hétéro? Après la revendication sur la mariage homo, verra-t-on le monde associatif gay demander un traitement spécial pour les séniors gay?

Je trouverais assez sympa qu'il existe des maison de repos homo où, pour la première fois de leur vie, des hommes et des femmes puissent s'affirmer comme gay, alors que les craintes pour leur vie professionnelle ou leur vie familiale les ont gardés dans la clandestinité jusque là. Il y a quelque chose de beau à imaginer ces "frères gris" attendre l'âge de leur libération du placard en même temps que l'âge de la retraite, comme un grand moment de bonheur.

D'un autre côté, mon copain Tom (qui, à 74 ans, continue sa vie de couple avec un homme plus jeune que moi, mais c'est une autre histoire) a une vie sociale très active, en milieu associatif mais aussi dans des voyages et des croisières qui sont largement pour séniors gay. Quand je le vois, et d'autres, je n'ai aucun doute que la retraite est déjà aujourd'hui pour beaucoup d'homo un moment formidable.

Dans de nombreuses associations d'ailleurs, les retraités sont une aide précieuse, comme c'est d'ailleurs le cas pour le monde hétéro. Et pour ce qui est du monde catholique, je ne serais pas étonné que, tout comme dans le reste de l'Église en Europe, ce soient des "frères gris" qui gardent l'église au milieu du village.

Est-ce que c'est l'arrivée hâtive de l'automne qui m'inspire ce genre de réflexions?

Posté par cathogay à 11:40 - Commentaires [33] - Permalien [#]

mardi 2 octobre 2007

463. le droit de nommer un péché

Devant le Conseil de l'Europe, le Patriarche de Moscou, Alexis II (et probablement l'un des patriarches orthodoxes les plus importants), on ne peut nier le droit des croyants de déclarer haut et fort que l'homosexualité est un péché. C'est un acte anti-religieux que d'interdire à des croyants d'exprimer leurs convictions sur ce qui est un péché et sur ce qui ne l'est pas. Même si le patriarche soutient qu'il convient de dénoncer le péché de manière chrétienne et tout en montrant de l'amour et du respect même pour le pire pécheur.

463

Je ne crois pas me tromper en disant que c'est exactement la position officielle du Vatican.

Sur base de quoi, poursuit le Patriarche, dans le domaine de l'homosexualité comme dans d'autres, on ne peut exiger des autorités religieuses qu'elles restent muettes et laissent faire quand se déroulent des manifestations qui sont de la propagande et de la publicité pour le péché, comme par exemple les Gay Pride. On se souvient qu'Alexis II (et d'autres) a réussi à ce jour à faire interdire la Pride de Moscou.

Alexis II ajoute un point important: même si l'on arrive à lui prouver que l'homosexualité est une maladie (comme par exemple la kleptomanie), il n'en reste pas moins qu'il restera opposé à toute forme de propagande publique d'actes liés à cette maladie.

Là encore, c'est peu ou prou la position vaticane.

Nul doute que, lors de la future et très attendue rencontre au sommet entre Benoît 16 et Alexis 2, la lutte contre l'homosexualité sera un élément qui va les rapprocher. Il y a quelque chose d'un peu amer à savoir qu'une des choses qui va permettre à ces deux grands responsables chrétiens de s'entendre, c'est qu'il faut lutter contre l'homosexualité...

Je salue pour terminer l'attitude d'un représentant britannique au Conseil de l'Europe, Lord Russell-Johnston, qui s'est levé devant le Patriarche pour s'opposer à sa présentation homophobe. Pour Lord Russell-Johnston (un député Libéral-Démocrate de Liverpool, sur la photo), il ne fait pas de doute que les homo sont capables eux aussi de créer des relations durables basées sur l'amour, le respect mutuel et les valeurs familiales.  Et il s'est déclaré choqué que les propos du Patriarche aient été accueillis avec tellement d'applaudissements par l'assemblée. Que Dieu bénisse cet homophile, et tous les autres.

4632

Posté par cathogay à 11:21 - Commentaires [18] - Permalien [#]

jeudi 27 septembre 2007

462. ces hommes qui osent défiler

Je ne suis pas un grand fan des concours genre "miss monde", y compris quand il s'agit de beaux jeunes gens. D'une part, soyons honnête, je n'ai jamais été proche du milieu des clubbards, des facheune victimes, et super beaux bibelots. Avec mon physique et mon profil intellectuel ou spirituel, j'ai peu de chose en commun avec ce milieu. D'ailleurs, cela aurait été tout vrai si j'étais hétéro.

Néanmoins toujours au rayon de l'honnêteté, j'admets avoir regardé les photos sur certains sites qui déploient les splendeurs des compétiteurs des differents "mister gay" de la planète. De vrais bonbons pour les yeux, comme disent nos amis anglophones.

Mais quelqu'un a récemment attiré mon attention sur le fait que, dans certains pays (notamment musulmans), c'était un fameux acte de rébellion sociale de participer, comme spectateur et surtout comme candidat, à ces concours.

Je vous écrivais hier que le président de l'Iran nie qu'il y a des homo dans son pays. Je vais être un peu cru: pour lui, il n'y a que des enculeurs et (horreur) des enculés, juste des hommes qui ont des goûts sexuels curieux. Des goûts très valorisants quand on est un enculeur et absolument humiliants quand est un enculé. Mais pas de gay, dit-le président, personne qui revendique une identité homosexuelle. Les homosexuels, c'est une invention occidentale, le signe de la dépravation et de la décadence de ces pays.

Or, pourrait-on lui rétorquer, il y a bien eu des concours "mister Gay" dans les pays musulmans, dont l'Iran, ces dernières années. Alors, aujourd'hui, je veux leur rendre hommage. Car il faut être assez couillu pour se faire connaître comme "mister Gay Iran" ou "mister Gay Syria"... Dans certains pays, le simple fait de défiler dans ces compétitions de beauté peut conduire à la prison. D'ailleurs, il arrive souvent que ces concours se déroulent à l'étranger, aux USA ou en Europe, pour des raisons de sécurité.

C'est que dans des pays comme ça qu'il faut littéralement du courage pour se poser en "folle" ou en "mister Gay". Dans nos pays, non seulement il y a peu ou pas de danger, mais dans certains cas c'est même un effet de mode qui n'est qu'un autre tremplin vers la célébrité, une autre forme d'ambition et de vanité. Par exemple, un "mister Gay" peut utiliser ce titre dans son CV de "top model".


mr_gay_collage_250

En haut à gauche: Mr. Gay Iran 2006,
en bas à gauche: Mr. Gay Syria 2007,
et à droite: Mr. Gay Morocco 2007

Posté par cathogay à 12:14 - Commentaires [24] - Permalien [#]

mercredi 26 septembre 2007

461. absence de phénomène

C'est drôle, tout de même, que le président iranien déclare qu'il n'existe pas d'homo dans son pays. Alors qu'on en pend régulièrement... S'il n'y a pas d'homo iranien, alors ça voudrait dire que tous ceux qu'on a exécuté sous le motif d'homosexualité étaient innocents de ce grave crime! Il faudrait donc réhabiliter d'urgence leur mémoire et punir les incompétents qui les ont jugés et pendus.

À commencer par deux adolescents, Mahmoud Asgari et Ayaz Marhoni qui furent les premiers (en juillet 2005) à attirer l'attention de la presse internationale. Il faut tout de même se souvenir qu'avant leur exécution, ils ont été torturés en prison et qu'ils ont reçu un total de 228 coups de fouet. C'est tout de même curieux, me dis-je, dans un pays dont j'apprend qu'il ne comporte pas d'homo...

Ou alors, le président iranien veut dire qu'il n'y a, en fait, plus d'homo en Iran justement parce qu'ils ont tous été exécutés. Mais s'il croit que quelques centaines d'exécutions ont suffi pour éradiquer tous les homo persan, il sous-estime la capacité séculaire des minorités sexuelles à s'en-placarder très profondément.

Non, il y a toujours eu des homo. Il y en aura toujours, même quand les pires homophobes seront morts. Et le nombre de ces homo qu'ils auront assassinés n'y changera rien.

L'assemblée étudiante à laquelle il s'adressait a éclaté de rire en l'entendant nier l'existence de l'homosexualité dans son pays. Au moins, voilà une bonne nouvelle: ce rire est probablement la meilleure réponse qu'il fallait lui donner.

Bon, je le sais, l'homophobie du président iranien n'est probablement que le moindre de ses défauts, quand on connaît son anti-sémitisme (doublé de négationisme), son sexisme et, plus globalement, son fanatisme religieux. Donc, je l'admets, les homo ne sont pas "plus visés" que d'autres groupes.

Néanmoins, sans diminuer ma solidarité avec toutes les victimes de ces persécutions, je pense aux "miens" et je frémis de savoir qu'au 21ème siècle, le dirigeant d'un pays aussi puissant a le cran de dire en public, dans des universités américaines, des choses aussi énormes et qu'il nie complètement l'existence des homo. Pour lui, ce n'est qu'un "phénomène" et son pays en est simplement exempt.

Et plus particulièrement, mon coeur saigne pour ces centaines de milliers d'homo iraniens, et plus généralement les homo de tout le monde musulman... Alors que je me plains souvent que la hiérarchie catholique est plutôt homophobe, il me bon que je me souvienne que la "rue" dans le monde musulman peut parfois lyncher un jeune tous simplement parce qu'il est soupçonné d'être homo.

Il se fait qu'en ce moment, c'est le Ramadan. Que tous les musulmans homo du monde trouvent dans leur foi un soutien et une force. Ramadan Karîm!

Posté par cathogay à 22:46 - Commentaires [14] - Permalien [#]

mardi 25 septembre 2007

460. plaisir du ballon rond

Je fais partie de ces "garçons sensibles" qui a vécu dans un milieu où le football était roi, dieu et dictateur. Le souvenir de soirées interminables à m'ennuyer devant la télé à regarder le foot, à écouter (sans comprendre) des copains et les mâles de ma famille parler pendant des heures (et je pèse mes mots) des rencontres du week-end passé. Humiliation de n'être jamais choisi (ou choisi le dernier) pour jouer au foot avec le autres enfants ou adolescents, de jouer comme si j'avais deux pieds gauches et bien sûr de ne pas avoir empêché l'attaquant de l'autre équipe de mettre le but décisif dans les filets devant lesquels j'avais patrouillé comme un crétin. Et je ne vous parle pas du froid, de la pluie, du fait que je me suis ramassé des coups,...

Rien que de l'écrire, c'est clair: je déteste le foot.

L'un de mes plus grands bonheur en arrivant à l'âge adulte, c'est que je suis devenu capable de refuser de jouer au foot, de regarder du foot et même de parler foot. Je n'ai plus regardé un match de foot à la télé depuis 25 ans. C'est bien simple, j'étais à Berlin l'été dernier, début juillet, en remarquant à peine qu'il y avait le Mondial en Allemagne.

Sans risquer de me tromper beaucoup, je crois ne pas être le seul. Le foot a une réputation affreuse chez les homo. D'ailleurs, quand un garçon me dit qu'il déteste le foot, je le soupçonne toujours d'être pédé. Et 8 fois sur 10, je vois juste. Bon, allez, 6 fois sur 10.

Curieusement, j'ai goûté une forme de revanche pendant mon séjour aux États-Unis où le foot (le soccer) est considéré comme un sport "de filles et de tapettes" par les tenants du football américain. Alors que j'avais passé des décennies à croire qu'il s'agissait du sport mâle par excellence...

Attention, comprenons-nous bien: je pourrais regarder certains footballeurs pendant des heures, du moment qu'on ne me demande pas de comprendre quoi que ce soit à ce qu'ils font. Je pourrais également passer des heures dans les vestiaires. Et, selon moi, certains des plus beaux hommes au monde sont des footballeurs, à commencer par ce cher Cristiano Ronaldo, la perle de Madère. Vous n'avez qu'à googler son nom pour trouver toutes les preuves de ce que j'avance.

C'est donc avec la plus totale bonne humeur que je salue la tenue du championnat du monde du football gay, qui vient de s'ouvrir à Buenos Aires, une ville qui est en bonne voie pour devenir la capitale homo de l'Amérique Latine. Les autorités de la capitale argentine ont au début du mois octroyé une carte de réduction pour les touristes gay qui représenteraient 15% des visiteurs de Buenos Aires.

Pour ceux qui s'en souviennent, la précédente édition (la 9ème) du Mondial gay de football s'était tenue au Danemark, avec une victoire... de la sélection française, tiens donc.

Il y a 28 nations représentées et le slogan est on ne peut plus approprié: "le ballon est rond pour tout le monde". Une organisation de l'IGLFA (International Gay and Lesbian Football Association).

Que l'on ne s'y trompe pas: ces jeunes gens sont des homo qui prennent le foot très très sérieusement. D'ailleurs, d'après moi, les homo qui pratiquent un sport sont tout aussi incompréhensibles que leurs collègues hétéro, en particulier les footballeurs. Dans beaucoup de pays, les clubs "homo" de foot font partie des fédérations "normales", même si elles évoluent dans des divisions locales. De plus, je salue l'importance de cette présence pour changer les mentalités dans le milieu du sport. Parmi ces clubs gay de foot, signalons le Paris Foot Gay.

Donc, encore un préjugé qui tombe: les homo ne sont pas pire footballeurs que les autres, c'est juste qu'ils n'arrivent pas à se sentir à l'aise dans un milieu aussi homophobe que le foot.

On me dit pourtant qu'il fourmille de gay "placardisé", ce milieu du ballon rond. Je n'ai aucune peine à le croire, d'autant plus que c'est le cas de la plupart des sports à réputation "machiste". Si vous saviez ce que j'ai entendu sur le rugby...

En fait, je suis même persuadé que parmi les meilleurs sportifs ou footballeurs de tous les temps, il doit y avoir un certain nombre d'homo de l'ombre.

Tout comme la dernière fois qu'on a parlé de sport dans ce blogue, certain (je le sais) vont me dire qu'ils ne comprennent pas l'idée de faire du sport "entre homo". C'est leur droit. Malgré tout, je voulais aujourd'hui soutenir ces footballeurs homo et leur championnat du monde.

Disons que c'est une sorte de réconciliation avec mon enfance.

Posté par cathogay à 21:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 24 septembre 2007

459. les prix de l'année

Comment récompenser ou manifester de la gratitude aux homophiles et à ceux qui, parmi les homo, ont travaillé au bien commun? Je dis ça parce que, selon moi, la reconnaissance du bien que quelqu'un me fait ou fait à des gens que j'aime est une priorité, un choix de vie. En plus d'être une attitude suprêmement chrétienne, qui trouve son origine (selon les théologiens) dans l'attitude même du Fils par rapport à son Père... Mais je ne vais pas m'étendre là dessus...

J'ai eu l'attention attirée par un article qui présente la liste des nominés de l'association britannique Stonewall (qui oeuvre à la reconnaissance et à la promotion des droits des minorités sexuelles) pour différents prix annuels. Pour être exact, pas seulement des récompenses, puisqu'il y a aussi des nominés pour le titre de Bigot Of The Year.

Pour la petite histoire, j'ajoute que la remise des prix se déroule cette année le 1er novembre, dans les salles du formidable Musée des Arts Décoratifs (Victoria & Albert Museum, ou simplement le V&A), une soirée qui risque d'être pétillante dans un cadre que j'apprécie énormément (en particulier la salle des moulages). Bien sûr, c'est £100 l'entrée (+TVA), soit environ €150, mais c'est pour la bonne cause et le public que l'on risque de rencontrer est garanti absolument gratiné, une merveille dans le genre gratin. Mode, musique, cinéma,... que du très beau linge. On m'a d'ailleurs dit que...

Ne nous égarons pas!

stonewall_logo

Est-ce que quelqu'un peut me dire s'il y a l'équivalent en France, en Belgique ou ailleurs dans la Francophonie? Par contre, je n'ai pas trouvé trace d'un quelconque prix "cathogay" attribué à des homo ou des homophiles, que ce soit en français ou dans une autre langue. Et je ne dirai jamais assez à quel point je trouve ça dommage. Il y aurait chaque année une sorte de "Nobel" distribué par des cathogay, et je vous parie que l'on ferait beaucoup plus attention à eux.

Pour reprendre l'exemple britannique, il y a plusieurs catégories de nominés (outre le Bigot Of the Year, que l'on pourrait traduire par l'homophobe de l'année, parce que le terme a un sens moins religieux qu'en français). Tout d'abord, on s'en doute, le prix de la série télé qui a donné l'image la plus positive des minorités sexuelles. Cela me semble une évidence aujourd'hui que les producteurs télé jouent un rôle majeur dans la diffusion des idées, quelles qu'elles soient, en partie parce qu'ils donnent aux téléspectateurs ce qu'ils aimeraient voir.

J'aime bien voir nominé quelques épisodes de la série britishissime Doctor Who, mais je parie aussi sur les quatre fameuses Ménagères Prêtes À Tout.

Au titre de l'artiste de l'année, je choisirais Rufus Wainright, et pas que pour son charme (mais ça aide).

Le prix du politicien de l'année est, paraît-il, à la fois envié et craint. Je suppose parce que, pour beaucoup d'hommes ou de femmes politiques, le fait d'être proclamé publiquement comme "homophile" ne rapporte pas toujours le nombre d'électeurs qu'il faut. Contrairement à ce prétendent les cathobourgeois, ce n'est pas vrai que les candidats homophiles sont plus facilement élus que les homophobes. Sinon, c'est tout simple, il y en aurait plus et les parlements voteraient plus vite des textes en faveur des minorités sexuelles.

Toujours dans la liste de Stonewall UK, je soulignerai particulièrement le titre de Héros de l'Année, qui souligne la bravoure de certains homo ou homophiles pour faire reculer les préjugés concernant les minorités sexuelles.

Parmi les homophobes de l'année, signalons la présence de l'archevêque catholique de Birmingham, qui avait menacé (publiquement et en termes sans nuances) de fermer les institutions sociales, caritatives, artistiques catholiques si le gouverment leur imposait de "promouvoir l'homosexualité". De fait, encore un hiérarque qui démontre haut et fort qu'il a tout compris...

Parmi les homophobes catholiques épinglés, il y a aussi une certaine Patricia McKeever, de Catholic Truth (ben, voyons), une dame qui serait restée tout à fait obscure si elle ne menait campagne pour dé-placarder et publiquement humilier les prêtres et religieux homo (ou tout simplement homophiles), dans une très sainte croisade afin que le ver et la pourriture de l'homosexualité et de l'homophilie soit extirpée du clergé catholique. Une campagne tellement basse et veule que même les évêques catholiques lui ont demandé d'arrêter. Elle dispose d'une site web mais je me suis juré de ne jamais y mettre les pieds et même de ne jamais le renseigner.

Alors, pour terminer avec une proposition décente, je veux bien faire partie d'un jury cathogay (national ou international) qui présenterait ses propres nominés de l'année (je suggère à l'époque de la Toussaint, ou bien vers l'Annonciation, quand il est question de Gabriel annonçant la Bonne Nouvelle à Marie). Du moment que ça se termine par un dîner et une belle soirée, évidemment. Parce que si ça n'est pas gai, je vous le demande, pourquoi le faire?

Je signale encore que le V&A organise actuellement une superbe exposition "Haute Couture", avec des oeuvres avec des pièces de Dior, Givenchy et Balmain, et surtout du formidable Balenciaga. C'est jusqu'en janvier et je vais essayer d'y aller entre Noël et Nouvel An, à l'époque où j'y vais pour... les soldes.

pop_couture

Posté par cathogay à 14:38 - Commentaires [2] - Permalien [#]

 

Blogue créé en février 2005