<body><script> dataLayer = [{ 'Zone':'BLOG', 'CategoryId':'20', 'pageSafe':'1', 'blogLastUpdate':'9999' }]; </script> <!-- Google Tag Manager --> <noscript><iframe src="//www.googletagmanager.com/ns.html?id=GTM-PXZQ89" height="0" width="0" style="display:none;visibility:hidden"></iframe></noscript> <script>(function(w,d,s,l,i){w[l]=w[l]||[];w[l].push( {'gtm.start': new Date().getTime(),event:'gtm.js'} );var f=d.getElementsByTagName(s)[0], j=d.createElement(s),dl=l!='dataLayer'?'&l='+l:'';j.async=true;j.src= '//www.googletagmanager.com/gtm'+'.js?id='+i+dl;f.parentNode.insertBefore(j,f); })(window,document,'script','dataLayer','GTM-PXZQ89'); </script> <!-- End Google Tag Manager --> <div id="fb-root"></div> <script type="text/javascript"> window.fbAsyncInit = function() { FB.init({appId: '116867175007475', status: true, cookie: true, xfbml: true, oauth : true, version : 'v2.7'}); FB.Event.subscribe('edge.create', function(targetUrl) {console.log(targetUrl.toLowerCase().indexOf("https://facebook.com")); _gaq.push(['_trackSocial', 'facebook', 'like', targetUrl]); if (targetUrl.toLowerCase().indexOf("https://facebook.com") == -1)$.get(CBVARS.URLROOT+'/cf/fe/remote/updatesharequeue.cfm?t=facebook&bid='+CBVARS.blog_id+'&u='+encodeURIComponent(targetUrl)); }); FB.Event.subscribe('edge.remove', function(targetUrl) {console.log(targetUrl.toLowerCase().indexOf("https://facebook.com")); _gaq.push(['_trackSocial', 'facebook', 'unlike', targetUrl]); if (targetUrl.toLowerCase().indexOf("https://facebook.com") == -1)$.get(CBVARS.URLROOT+'/cf/fe/remote/updatesharequeue.cfm?t=facebookunlike&bid='+CBVARS.blog_id+'&u='+encodeURIComponent(targetUrl)); }); }; (function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = "//connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, 'script', 'facebook-jssdk')); </script> <div id="branding_bar" style="display:block;"><ul id="topnav"><li id="item_logo"><a href="http://www.canalblog.com" onClick="javascript:window.open(this.href);return false;"><img src="http://static.canalblog.com/sharedDocs/images/bb-canalblog2.png" style="width:84px; margin:5px 0 0 0;" /></a></li><li id="item_form"> <form action="http://www.canalblog.com/cf/search.cfm" method="get" target="_blank"> <input type="text" id="q" name="q" class="text" value="" style="float:left;" /> <input type="hidden" value="87656" name="bid" /> <input type="hidden" value="Rechercher" name="searchBtn" /> <input type="image" style="height:19px; margin:1px 0 0 0;" src="http://static.canalblog.com/sharedDocs/images/btn-submit3.gif" /> </form> </li><li class="item_left"><span><a href="http://www.canalblog.com/cf/contactAuthor.cfm?mid=73800&bid=87656" onClick="javascript:window.open(this.href);return false;" rel="nofollow">Contacter l'auteur</a></span></li><li id="blogsugitem" class="item_left"><a href="http://www.canalblog.com/cf/blogsuggest.cfm?bid=87656" class="cboxpopup" rel="nofollow">Envoyer à un ami</a></li><li id="sabitem" style="display:none;" class="item_left"><img src="http://www.canalblog.com/sharedDocs/images/sab.png" /></li><li id="item_share"></li><li id="item_close" ><img src="http://static.canalblog.com/sharedDocs/images/frontend/fleche-haut.gif" /></li><li id="item_menu" style="display:none;"></li><li id="item_menu_2" class="item_right" style="display:none;"></li><li id="item_menu_3" class="item_right" style="display:none;"></li></ul></div><div id="branding_bar_closed" style="display:none;"><ul id="topnav_closed"><li id="item_open" ><img src="http://static.canalblog.com/sharedDocs/images/frontend/fleche-bas.gif" /></li></ul></div>

Un Blogue CathoGay

être homosexuel et catholique, sereinement

samedi 31 mars 2007

404. elle est morte, Soeur Sourire

Tous les 29 mars, je fais mémoire de Soeur Sourire, et notamment de son suicide en 1985, il y a plus de 20 ans. Et donc, un peu comme c'est le cas dans tous les anniversaires, je vais reprendre l'essentiel du texte de ma note de mars 2006. En fait, il y avait aussi eu une autre note en février 2005, alors que j'avais à peine commencé à bloguer.

C'est curieux comme le destin tragique de cette femme m'atteint...

Pour être honnête, je n'ai découvert Soeur Sourire que récemment, quand je suis allé voir la pièce de Marie Destrait, une pièce plusieurs fois reprise et que je vous conseille absolument d'aller voir si elle passe par chez vous. Jusqu'à ce que je remarque des affiches de la pièce, j'avais complètement oublié Soeur Sourire et son histoire. Juste quelques vagues allusions dans les milieux catho: un vieux truc remisé au grenier.

J'allais voir cette pièce avec des pieds de plombs, un peu par devoir. Et je me souviens que j'ai eu du mal à trouver quelqu'un pour m'accompagner. Mais j'ai encore le souvenir d'une très belle soirée! Excellent texte, excellents acteurs (tous les quatre), très belles scénographies (notamment les jeux de lumière). Beaucoup d'émotion et, en fin de compte, une très grande sympathie pour cette femme, une grande proximité aussi. Pas du tout le style lacrymogène ou revenchard que je craignais confusément. Pas non plus de glorification facile et factice. Juste une belle et grande figure tragique.

au théâtre du Méridien, à Bruxelles

Aujourd'hui, sa chanson phare (Dominique, nique, nique, en 1963) fait forcément rire, rien qu'à dire le titre. Mais il y a 40 ans, le mot niquer n'était pas encore entré dans le vocabulaire courant (avec le sens de baiser). On oublie aussi que cette chanson est connue dans le monde entier et qu'elle a été en tête des hit-parades américains pendant des semaines (devant Elvis). C'est le seul titre "belge" à avoir jamais atteint le sommet américain (pas même Technotronic en 1985, qui n'est arrivé que 2ème). D'ailleurs, pour la jeune génération, elle fait partie des sonneries de gsm les plus vendues dans le monde.

l'affiche de la pièce

Quelques rappels biographiques: Jeanine Deckers (née en 1933, une vraie Bruxelloise, pratiquement de la place de Brouckère, puis du parvis St-Henri) rejoint en 1959 les "grandes" Dominicaines installées près de Waterloo (à Fichermont). Chez les Guides, on l'avait totémisée "Ourson Concentré", c'est-dire comme elle devait sembler discrète et réservée. Au monastère, ses petites chansons simplettes (et surtout le Dominique) amusent sa communauté, jusqu'à ce qu'elles attirent l'attention d'éditeurs musicaux, de Philips pour ne pas les nommer. Elles deviennent un formidable succès (même en comparaison avec notre époque de starification expresse). Sous un nouveau nom (qu'elle trouve un peu ridicule et qu'elle n'aimera jamais vraiment), mais dans l'ignorance totale de la jeune novice, sont également vendus des centaines de milliers de disques (vinyl), d'abord en Belgique puis dans le monde entier.

soeur Luc-Gabrielle en novice

Hollywood crée une comédie musicale (The Singing Nun), avec Debbie Reynolds dans le rôle titre (un film qui devait lancer la jeune actrice, juste avant le célèbrissime Singing In The Rain). La religieuse ne sait toujours rien et ignore tout des transformations que le réalisateur et sa Prieure ont introduites dans l'histoire de sa vocation.

Plusieurs très grands chanteurs, dont Georges Brassens, admirent publiquement son talent, sa simplicité, sa lumière. L'auteur du "gorille" lui offre même une guitare, la traitant pratiquement d'égal à égal, alors qu'il était connu pour son anti-cléricalisme.

Lorqu'une grande librairie religieuse bruxelloise (qui existe encore aujourd'hui à la chaussée de Wavre) organise une signature du petit livre où la religieuse raconte sa vie (une rareté, si vous le trouvez, ne le lâchez pas), elle doit organiser deux jours de séance supplémentaire et la file s'allonge sur le trottoir sur plus de 100 mètres, presque jusqu'à la place Jourdan.

Ignorante totalement de ce succès planétaire, ignorant même l'existence du film, des nombreux articles sur elle, n'ayant aucune idée de la vente de son livre, la Soeur Luc-Gabriel rêve simplement de servir le Christ. Elle ressent l'appel à vivre religieusement mais sous une autre forme que la vie monastique assez cloîtrée des "grandes Dominicaines". Elle décide d'entrer dans la profession "sociale" qu'elle avait étudié à Louvain et quitte le couvent pour vivre à l'extérieur en tertiaire dominicaine.

Et c'est là que la tragédie commence : le fisc belge lui réclame pratiquement 200 mille euros, pour des arriérés impayés sur des disques, des livres, des films et des spectacles. La pauvre tombe totalement des nues. Imaginez la somme que cela représente dans les années soixante... Aujourd'hui, on estime que l'ensemble de sa carrière aurait pu lui rapporter entre 2 et 3 millions d'euros.

Son ancien monastère, qui a perçu tous les revenus, refuse d'essuyer l'ardoise du fisc. Légalement, le fait que la religieuse ait quitté l'habit fait qu'elle perd tous ses droits sur ces revenus. La Mère Supérieure aurait pu faire un geste mais refuse, en partie parce qu'elle n'avait pas l'argent (tout donné? tout dépensé?) et en partie parce que c'est contraire à la tradition monastique, paraît-il, de rendre à ceux qui sortent ce qu'ils ont apporté à l'entrée. Mais je n'ai pas eu confirmation complète de cette hypothèse: certains m'ont affirmés que la tradition du "viatique" pour ceux qui quittent un monastère est plus exacte. D'où ma sévérité pour la prieure de Fichermont...

Ceci dit, plus globalement, le rôle de la Prieure est plus que trouble et, s'il était typique de la manière habituelle d'exercer le supériorat à l'époque, je suis bien content que cela ait disparu. L'arbre se juge à ses fruits, et dans ce cas-ci c'est assez pourri...

De plus, l'avocat du monastère (qui s'est littéralement construit des châteaux en Espagne avec l'argent de ses honoraires) s'évapore lui aussi dans la nature : pas de preuves, pas de comptabilité, pas de traces de la destination de ses revenus. Il est d'ailleurs probable qu'il se soit aussi enrichi au détriment du monastèe lui-même. Pas moyen de mettre la main dessus dans ce paradis qu'était l'Espagne franquiste pour certains criminels enrichis. Pour le fisc, Jeanine Deckers pourrait très bien avoir planqué tout cet argent là où se cache son ancien avocat, et donc pas de pitié.

Alors, vers le milieu des années 70, Jeanine Deckers décide de monter sur scène pour gagner de quoi payer la note fiscale. Hélas, les Dominicaines lui interdisent d'utiliser le nom Soeur Sourire dont elles veulent garder les droits (et donc les revenus). Je trouve ça un peu mesquin...

Dès lors, son retour sur scène est un flop total: elle qui est une vedette mondialement connue doit se contenter de salles minables. Elle y perd même de l'argent. Même désastre avec la version disco de son titre phare (je vous l'offre en fin de note, écoutez-là: c'est quelque chose). Même sa brève apparition à un grand rassemblement eucharistique aux États-Unis ne réveille pas le public.

Pire encore, le fisc revient à la charge, en soupçonnant que ces apparitions sur scène à l'étranger ont généré des revenus qui lui sont cachés. D'où encore moins de pitié.

ses tentatives de retour sur scène

Entre-temps, Jeanine s'était installée avec une autre ancienne dominicaine de Fichermont, Annie Pecher, sa meilleure amie depuis l'époque lointaine des études universitaires. Elles se lancent ensemble dans un projet de maison pour une quinzaine d'enfants orphelins ou caractériels. C'est la profession d'Annie et toutes les deux investissent leurs maigres revenus dans le projet. Elles espèrent qu'un jour l'argent de Soeur Sourire va leur revenir et donc, généreuses et religieuses, elles se lancent dans l'apostolat de l'enfance malheureuse.

Pour Jeanine, hélas, arrivent assez vite la dépression, l'alcool, les médicaments (avec l'aide un peu complice de son pharmacien). Le monde entier connaît son nom et sa chanson; pourtant elle vit dans la menace constante de la misère. Aucune de ses démarches n'aboutissent, ni dans le monde religieux, ni auprès des maisons de disques qui disposent des sommes versées au titre de droits d'auteur et qui continuent à envoyer l'argent à son ancien monastère. On la trouve même de plus en plus pitoyable, le prototype même de la "pauvre vieille fille ratée".

Jeanine Deckers et Annie Pêcher

Autre déchéance: Le monde catholique la rejette complètement et la condamne parce que Jeanine, en apprenant l'invention de la pillule, créé une chanson de bonheur pour acclamer cette avancée pour la vie de toutes les femmes (le titre dit tout: "Pilule d'Or", en 1967). Quelques semaines plus tard, la condamnation vaticane tombe contre la pilule et, du coup, fait de la chanson de Jeanine un geste qualifié de rebelle par les autorités catholiques. L'ancienne religieuse devient une sorte de pestiférée. Et je n'ai pas à vous raconter la place des femmes dans l'Église à cette époque... Elle écrit alors quelques titres "musclés" et amers où elle s'en prend aux femmes faibles et soumises, aux hommes machistes et sexistes, aux autorités de l'Église (des hommes, encore). À un moment, elle écrit une chanson pour dire "Je ne suis pas une vedette" et que Soeur Sourire est vraiment morte. Une chanson que vous pouvez écouter en fin de note.

« Je réclame de mes frères
Le droit d'évoluer.
De vivre solidaire,
Parmi eux, consacrée.
En short ou en tunique,
Blue jeans ou pyjama,
Je n'ajoute en critique,
Le Seigneur est mon choix.
[…]
Il est certain sourire
Qu'il faut démystifier,
Portrait un peu rapide,
Portrait inachevé.
Si cet autre visage
Étonne certaines gens,
Qu'ils vénèrent l'image
Du sourire d'enfant.
Elle est morte, Sœur sourire,
Elle est morte, il était temps !
J'ai vu voler son âme, À travers les nuages,
Dans le soleil couchant. »

Début 1985, le fisc se fait pressant: il va saisir l'orphelinat, il faut donc replacer d'urgence tous les enfants et se résoudre à tout perdre.

Les deux femmes quittent alors l'état religieux de tertiaires. Elles reconnaissent leur amour l'une pour l'autre (on voit dans le journal de Jeanine qu'elle ne s'est "assumée" que vers la fin). Et elles décident de mettre fin à leurs jours un 29 mars. On les retrouve mortes, l'une à côté de l'autre. Il y avait bien assez de médicaments près d'elles pour se suicider plusieurs fois.

Comme il s'agit d'un suicide et qui plus est d'une affaire qui sent le fagot, de nombreuses églises paroissiales refusent de célébrer les funérailles. Dans la plus grande discrétion, les Bénédictins de Clerlande accueillent la cérémonie, très simple.

Quelques jours plus tard arrivent plusieurs lettres dans le courrier: le fisc prononce une amnistie pour les sommes dues et la maison de disques verse finalement les sommes qu'elle doit... Mais c'est trop tard...

J'ai beaucoup d'affection pour cette femme complètement oubliée. D'abord parce que c'est une grande tragédie: comme quelqu'un qui a passé sa vie à chanter l'amour, et notamment l'amour de Dieu, peut-elle finir aussi tristement?

Et puis j'ai l'impression d'un véritable martyre et d'un terrible gachis : même pour l'époque, l'attitude d'une série de vampires est proprement scandaleuse. La pièce de théâtre n'épargne pas la dureté de sa mère, de son ancienne supérieure, de ses anciens avocats et hommes d'affaires, du fisc ensuite.

Quelqu'un m'a dit un jour qu'on ne peut pas affirmer qu'on aime l'Église tant qu'on n'a pas souffert de sa part. Je sais que c'est vrai de beaucoup de chrétiens (saint François d'Assise par exemple). Mais dans le cas de Jeanine Deckers, je trouve que la dose était franchement exagérée, impossible à porter. Il me semble que, dans les demandes de pardon que l'Église pourrait exprimer, il y a le fait d'avoir conduit certains au désespoir. J'espère juste que, au moment de la mort, ces deux femmes ne se sont pas aussi senties abandonnées de Dieu lui-même...

Oui, quel gachis. Mais aujourd'hui, que leur lumière brille dans le Coeur de Dieu et que leurs vies soit bénies éternellement, là où il n'y a plus ni pleurs, ni larmes.

S'il vous arrive de passer par Wavre, en Belgique, prenez le temps d'une petite visite au cimetière (la pierre tombale est un cadeau récent de la ville, sinon elles seraient encore dans du "provisoire"). Et s'il vous arrive d'entendre cette mélodie un peu idiote (Dominique, nique, nique), notamment en sonnerie de gsm, ayez une petite pensée pour cette femme de rien du tout qui l'avait composée.

 


Discographie récente:

La Nonne Chantante en 2003

Soeur Sourire "Dominique" en 2005

plus généralement, je vous conseille ce sympathique site de Ghislain Debailleul.

 

Soeur Sourire "Dominique" (version disco)
Uploaded by Boumbomagique

Posté par cathogay à 13:06 - Commentaires [83] - Permalien [#]

Commentaires

  • i am just a little surprising for your mind. true religion jeans on sale <

    i am just a little surprising for your mind.

    Posté par workout dvd, mardi 21 décembre 2010 à 02:53
  • femme fragile

    j'aurais tant aimé la connaître ,je suis coyante mais je vais rarement à l'église ou ses gens sonnent .faux une femme admirable ou beaucoup de vrais sens inspirer ,j'aime aller à l'église mais quand elle est vide .Comment l'administration, ses gens qui l'on dépouillé peuvent se regarder dans une glace .ce monde dans lequel nous vivons n'est pas beau

    Posté par candices, mardi 25 janvier 2011 à 21:13
  • comment faire pour acheter ses cds merci

    Posté par candices, mercredi 26 janvier 2011 à 10:05
  • Réponse pour Candices

    je ne sais pas si tu me liras et pour répondre à ta question : tu peux commander les disques de Soeur Sourire à la fnac mais tu peux aussi sur internet en allant sur ton moteur de recherche et en tapant " disques d'occasion "
    amicalement
    jac

    Posté par jac, jeudi 19 mai 2011 à 10:28
  • Une vie...

    Une vie c'est forcément des efforts, des fatigues, des échecs, des espérances, et peut être une fin sans gloire, ou au mieux discrète.
    Elle a vécu surtout humainement, avec de la naïveté parfois, sans illusions souvent.
    C'est un excellent hommage de rappeler quelle fut sa vie, quelles furent ses humiliations, et son rejet par l'église, cette église dont elle attendait tant... Et aussi sa fin.
    Etre un humain, c'est aussi parfois trébucher. On a toutes et tous eu ou aurons des hauts et des bas dans notre vie.Dieu dans sa Miséricorde -pour celles et ceux qui croient- n'en prendra pas ombrage au vu de sa sincérité et de sa constance dans les sentiments.De Soeur Sourire,il nous restera a nous son image éternellement nimbée d'espérance et d'amour.

    Posté par angel75020, mardi 31 mai 2011 à 11:32
  • soeur sourire

    Comme beaucoup certainement je découvre votre fin tragique,comme d'ailleurs votre vie.
    Votre naïveté et certainement votre gentillesse d'alors a été exploité par des gens sans scrupules.
    Honte a eux !!

    Reposez en paix!

    Posté par phil, mardi 15 novembre 2011 à 14:00
  • Touchant!

    Merci,
    Comme par hasard en cherchant ''Soeur sourire'' sur la Toile je suis abouti ici et ce détour me réconforte dans la première journée d'hivers où c'est aussi la première neige cette année.
    Je ne suis pas catho ni autres mais j'ai tout de même une grande affection envers les ''non conformistes'' de tout ces dogmes.
    Je connais mieux maintenant cette femme dont l'existence comme l'a dit quelqu'un ici fut un vrai guâchi.
    Merci encore et bel hivers 2011.

    Posté par gilnord, mercredi 23 novembre 2011 à 20:29
  • tristesse

    je prie pour toi soeur sourire , on se reverra tot ou tard , je viendrai t ecoute , dans 1jour , 1 ans , 10 ans , 30 ans , repose en paix

    Posté par philippe, lundi 23 janvier 2012 à 17:36
  • A Ninibelle et à soeur Madeleine

    Le citoyen Maurice
    m.renault@live.fr

    Le message de Ninibelle, du samedi 31 juillet 2010 à 06:13 m'a touché" . Elle me cite en me donne raison , invoquant mon courrier ...

    En effet , comme elle je suis révolté par le sort de cette malheureuse religieuse "soeur sourire" ( pseudoyme un peu con ,il est vrai ). Elle a fait gagner un pognon fou à sa communauté ( ainsi et surtout qu'à sa boîte de disques , "Phillips" je crois ) .

    Pour autant , les dominicaines ne sont pas venues à son secours quand elle s'est trouvée harcelée par le fisc belge . Elle était aux abois , mais la hiérarchie de l'ordre des Dominicaines l'a lassée se démerder toute seule , et l'a laissée mourir dans le dénuement le plus absolu .

    C'est beau leur sens de l'amour du prochain !!! Et surtout leur sens de la reconnaissance !!!
    Les Dominicaines sont de belles salopes !!!

    Au fait , je pose une question :
    Pourquoi le fisc s'est il donc adressé à Jeanine Deckers ??? . Le bénéficiaire des droits d'auteur était l'ordre des Dominicaines , et c'était donc à cet ordre religieux de régler ( payer ) ce que le fisc demandait à Jeanine Deckers ( soeur sourire ) . Les lois belges sont vraiment mal foutues !

    Ecoeurant sur toute la ligne .

    Petite Ninibelle , et vous aussi Soeur madeleine , si vous voulez me contacter , n'hésitez pas à me contacter en m'écrivant sur mon e-mail , et si j'ai vos coordonnées , ça me fera un grand plaisir de vous écrire .

    Continuons notre combat pour améliorer le monde !
    Salut et fraternité .

    Le citoyen Maurice .

    m.renault@live.fr
    Tél ; 09 54 67 47 52
    ( le soir pas avant 20 heures )

    Posté par Citoyen Maurice, vendredi 16 mars 2012 à 20:05
  • Soeur Sourire

    J'ai découvert hier soir, en voyant le film, la vie de Soeur Sourire, j'ai été très touchée, croyante mais non pratiquante, j'ai découvert une fois de plus que l'homme (même de l'église) ne voyait que l'intérêt ! C'était une femme admirable qui méritait bien plus que ce que la vie lui a donnée!

    Posté par solidarité, vendredi 4 mai 2012 à 12:38
  • bonjour
    hier soir j ai vu le film qui m a beaucoup emue,je connaissais bien sur soeur sourire dans ma jeunesse mais pas son histoire!il y en a qui ne devaient pas etre fier de sa fin et leurs fins!! que leurs ames reposent en paix!!!
    l attitude des "croyant" n est pas a la hauteur des esperances de chacun !!!!mais au fait ca n a pas change!!!!!!!

    Posté par momo, vendredi 4 mai 2012 à 13:46
  • Ravie

    J'étais super contente et ravie de voir le film de soeur Sourire. Je l'attendais vraiment, je onnais toutes ses chansons puique nous les chantions souvent lors de nos rencontres jocistes. Il y avait aussi le Père Duval. Je possède un disque de cette soeur, je l'avais copié sur une cassette. En faisant des travaux de coutures l'autre jour je l'ai écouté et même chanté en même temps

    Posté par Toinette, mercredi 9 mai 2012 à 22:05
  • je regrette d'avoir eu mon age pour te connaitre, enfin, ma soeur . Je t'aime Magali

    Posté par magali, vendredi 24 août 2012 à 20:08
  • triste

    franchement c'est tres triste la fin de cette grande dame paix a son ame

    Posté par africando, mardi 23 octobre 2012 à 18:37
  • Bonjour, vous avez réussi à vous procurer son journal intime ? il a donc vraiment été édité... la chance. Je recherche du coup une biographie intéressante, si jamais vous en avez lu, peut être "Journal d'une tragédie" ? je sais pas... Merci !

    Posté par Floraison000, lundi 27 mai 2013 à 00:58
  • Ms.

    Me and my whole family loved SoeurSourire's songs when we lived in Geneva in the 60s. It was with profound shock I learnt recently of the circumstances of her death. RIP and please accept my whole Family's condolences.

    Posté par Smita, jeudi 24 juillet 2014 à 02:28
  • Je ne suis pas Gay

    Le 2 Mai 2015

    Bonjour à tous .
    Je ne suis pas Gay . En Février 2010 j'ai écrit sur votre blogue : "salopes de Dominicaines" parce que jje suis révolté par ce qui est arrivé à "Soeur sourire", mais je ne savais pas que votre blogue était de nature homosexuelle . Je n'y avais pas fait attention . En ce qui me concerne, l'homosexualité me répugne, et je n'en fais pas partie . Mais je respecte les gens qui sont dans ce cas là, et j'ai même des amies lesbiennes, même si je considère que ce n'est pas une chose normale . J'aimerais bien que ninibelle me donne ses coordonnées . Elle a posté un courrier intitulé : Je n'ai pas lu tous vos commentaires ( Posté par ninibelle, samedi 31 juillet 2010 à 06:13 ) . Elle m'a lu et a fortement approuvé ce que j'ai écrit . Je cite : "et toi Citoyen Maurice, tu as raison. on n'a rien changé depuis l'inquisition ... ect" . Ca m'a bien fait plaisir et j'aimerais pouvoir continuer le débat avec elle, mais comment la joindre ? Si tu m'entends et si tu me lis chère ninibelle, contacte moi ...
    - Respectueusement -
    Le citoyen Maurice
    m.renault@live.fr

    Posté par Citoyen Maurice, dimanche 3 mai 2015 à 03:21
  • Je ne suis pas Gay

    Le 2 Mai 2015

    Bonjour à tous .
    Je ne suis pas Gay . En Février 2010 j'ai écrit sur votre blogue : "salopes de Dominicaines" parce que jje suis révolté par ce qui est arrivé à "Soeur sourire", mais je ne savais pas que votre blogue était de nature homosexuelle . Je n'y avais pas fait attention . En ce qui me concerne, l'homosexualité me répugne, et je n'en fais pas partie . Mais je respecte les gens qui sont dans ce cas là, et j'ai même des amies lesbiennes, même si je considère que ce n'est pas une chose normale . J'aimerais bien que ninibelle me donne ses coordonnées . Elle a posté un courrier intitulé : Je n'ai pas lu tous vos commentaires ( Posté par ninibelle, samedi 31 juillet 2010 à 06:13 ) . Elle m'a lu et a fortement approuvé ce que j'ai écrit . Je cite : "et toi Citoyen Maurice, tu as raison. on n'a rien changé depuis l'inquisition ... ect" . Ca m'a bien fait plaisir et j'aimerais pouvoir continuer le débat avec elle, mais comment la joindre ? Si tu m'entends et si tu me lis chère ninibelle, contacte moi ...
    - Respectueusement -
    Le citoyen Maurice
    m.renault@live.fr

    Posté par Citoyen Maurice, dimanche 3 mai 2015 à 03:30
  • Je reviens sur ce blog en esperant que soeur Madeleine me lise et pourquoi pas corresponde avec moi mis à part le citoyen Maurice il n'y a plus de commentaires postés
    fraternellement à tous ceux qui me liront
    jac

    Posté par jac, mercredi 18 novembre 2015 à 17:42
  • « Premier   1  2 

    Poster un commentaire